P1000488

Par ce temps un peu pourri, j’ai eu envie de chaleur. J’ai donc été revoir nos photos de Bali. Notre voyage de noces, il y a un an et demi. Là-bas, les statues sont habillées et fleuries. On y a rencontré des personnes extraordinaires avec un système de pensée à mille lieues du nôtre. Je me suis sentie plusieurs fois mal à l’aise d’être là, ou plutôt d’avoir la possibilité d’être là (même si ce voyage représentait pour nous pas mal de mois d’économie !). Notre guide, par exemple, consacrait tout l’argent qu’il gagnait aux offrandes et pensait tous les jours au retour dans sa famille à l’autre bout de l’île sur sa mobylette avec sa femme et sa fille. Il rêvait de voyages mais nous en parlait avec un fatalisme amusé, l’air de dire : « c’est bon pour vous mais impossible pour moi ».

Habitué des vacances « à la débrouille », nous avions choisi de nous offrir un vrai beau voyage parce que nous savions que l’occasion ne se représenterait pas de sitôt. A nous les hôtels magnifiques, l’accueil personnalisé, …

Enfin, tout ça nous fait de magnifiques souvenirs et pourquoi n’irions nous pas y fêter nos noces de porcelaine ?

Mais moi, j’aime bien aussi les vacances à vélo, en camping, en chambre d’hôte (en Normandie).