Et je l’espère pour notre peau et nos cheveux … Ca, je vous le dirai quand j’aurai testé.

Nous avons décidé depuis un an ( depuis l’annonce de ma grossesse) de faire très attention à notre manière de vivre afin qu’elle ait le moins d’impact négatif sur l’environnement. Nous avons remarqué que souvent l’alternative la plus respectueuse pour la nature était aussi la plus économique. Nous avons donc opté pour les couches jetables pour Demoi’zelle, éliminé progressivement tous les produits toxiques qui encombraient notre cuisine (détartrant, liquide vaisselle, …), notre buanderie (lessive, adoucissant) et la salle de bain (shampooing, gel douche, crème pour le visage, pour le corps, …)

Je me suis tournée vers des alternatives pour les produits de beauté car en plus de protéger la planète, éliminer les produits chimiques ne peut être que bénéfiques pour la santé. Lisez la liste des ingrédients qui composent un shampooing ou une crème, il y a de quoi avoir peur. Je me suis donc intéressée aux huiles essentielles que je n’ai pas encore pu exploiter comme je le voudrais puisque j’étais enceinte et que maintenant j’allaite et que la plupart des huiles essentielles sont déconseillées dans ces circonstances. Mais je ne m’en plains pas !!

J’ai donc cherché une recette naturelle qui ne contient pas ou très peu d’huiles essentielles. J’ai donc fait mon premier shampooing ( il a fallu que la dernière bouteille de shampooing soit vide et archi vide pour que je m’y mette alors que j’y pensais depuis des mois déjà !). J’ai donc concocté une recette que j’ai trouvée dans « Huiles essentielles Mode d’emploi » de Nerys Purchon. Voici la marche à suivre :

« Base pour shampooing aromatique »

80 à 100g de savon de Marseille en paillettes

1 l d’eau de pluie ou d’eau minérale

2 cc borax

(je n’en ai pas mis parce que j’ai lu sur ce site (une mine !) que ce n’était pas top)

20 gouttes huiles essentielles appropriée à votre cas

Dans de l’eau chaude, verser les paillettes de savon (et le borax). Mettre au bain-marie si nécessaire. Ajouter les 20 gouttes d’huiles essentielles.

Me voilà donc partie pour mon expérience. Comme à mon habitude, j’en ai mis partout mais ça y est le shampooing est en bouteille. J’ai fait deux versions une pour Monsieur Zelle ( qui a malheureusement hérité du gène « calvitique » ) avec HE de carotte, lavande, romarin, citron et santal (4 gouttes de chaque) et une pour moi avec HE de camomille, lavande et tea tree (les huiles autorisées à mon cas).

Premier essai demain, ça me fait un peu peur parce que, dans le livre, l’auteur dit qu’il faut bien 3 semaines pour s’habituer à ce produit. Est-ce que ça veut dire qu’il faudra 3 semaines à s’habituer psychologiquement que nos cheveux ne ressemblent à rien ?!

Prochainement, un baume à la camomille et des savons à la ... camomille!